Objectifs – Association de Défense du Trinquelin et des rivières du Morvan
Objectifs

Agir pour que les espèces ci-dessous
puissent continuer à survivre dans le « Trinquelin-Cousin ».

Pour cela :
Nous surveillons : l’activité de l’usine de traitement d’eau potable de Saint Agnan, l’activité de l’Abbaye de la pierre qui vire, le lac de Saint Agnan (niveau, qualité de l’eau, débit réservé).

Tous les étés, nous nettoyons les dégâts de l’hiver en agissant pour la libre circulation des alluvions, ainsi que le libre survol du cours d’eau par les oiseaux et les chauves-souris.


Margaritifera margaritiferacycle-vie-mulette_1500

La moule perlière d’eau douce (Margaritifera margaritifera (Linnaeus 1758), ou mulette, est un mollusque lamellibranche des rivières claires d’Europe, de Russie, du Canada et de la façade Est des États-Unis, communément classée parmi les moules d’eau douce. Dans le cycle de développement de l’espèce, la larve doit – durant quelques mois – parasiter un saumon ou une truite (qui la nourrit et la transporte).

Les adultes tolèrent des substrats limoneux ou vaseux mais les juvéniles ont impérativement besoin d’un substrat sableux ou graveleux dans lequel de l’eau propre et oxygénée puisse circuler.

C’est une espèce connue pour sa durée de vie exceptionnelle (plus d’un siècle), mais qui est
au bord de l’extinction bien que protégée.


ecrevisseapattesblanches_02L’écrevisse à pattes blanches – Austropotamobius pallipes

 

Critères de détermination :

ecrevisseapattesblanches_03Céphalothorax présentant une série d’épines bien visibles en arrière du sillon cervical. Rostre à bords convergents se terminant par un triangle. Crête post orbitale à une seule épine. Crête médiane dorsale peu marquée et non denticulée.

Avec ses exigences particulières et sa grande sensibilité, l’écrevisse à pieds blancs peut être considérée comme une espèce bio-indicatrice.

La fécondité des écrevisses à pattes blanches est faible, c’est une des raisons de leur déclin. Elles se reproduisent une fois par an et pondent 20 à 30 œufs avec un pourcentage d’éclosion parfois très faible.

.


 LES INSECTES DE NOS RIVIÈRES.

     Imago Perle   Même si les truites, surtout les gros sujets, se nourrissent volontiers de poissons (vairons et chabots) on peut dire que les invertébrés aquatiques représentent la majorité des proies des truites et des ombres.

       Sans omettre de mentionner les Gammares, petites crevettes d’eau douce qui affectionnent particulièrement les eaux porteuses d’une certaine charge organique, il est établi que les insectes constituent généralement la plus grosse part de l’alimentation des truites et des ombres.

       Occasionnellement, surtout durant l’été, des insectes terrestres (petits coléoptères, ouvrières de fourmis, chenilles…) tombent accidentellement de la végétation rivulaire et peuvent constituer un apport alimentaire non négligeable. De même les vols nuptiaux de fourmis sont également l’occasion de retombées spectaculaires de fourmis ailées.

       Mais sur l’ensemble de la saison, EphéméroptèresTrichoptères et Plécoptères sont les trois ordres les plus importants en raison de leur abondance et de leur accessibilité. Ils sont pris aussi bien au cours de leur vie aquatique (stade larvaire et éventuellement nymphal) qu’au terme de leur vie aérienne quand les imagos revienent sur l’eau pour pondre …. et mourir.


LES EPHÉMÉROPTÈRES

Le représentant connu de tous est la Mouche de Mai Ephemera danica.

Ephemera Danica

Les éphéméroptères sont des insectes à métamorphoses incomplètes qui passent par les stades de l’œuf et de la larve avant de subir la transformation en insecte ailé. Mais, grande originalité de cet ordre d’insectes, les éphéméroptères présentent deux stades ailés successifs: d’abord la subimago, non sexuellement mature aux ailes opaques et à la coloration terne, puis l’imago aux ailes transparentes.


LES PLÉCOPTÈRES

Ce sont des insectes à métamorphoses incomplètes. Leur développement passe par l’œuf, la larve qui grandit par des mues successives et l’adulte ou imago. Beaucoup d’espèces sont de petite taille (moins de 1 cm) alors que les plus grandes commeDinocras cephalotes peuvent atteindre une longueur de corps de 25 mm et une envergure de 45 mm.

Les larves sont caractérisées par des pattes terminées par deux griffes tarsales et deux filaments caudaux (les cerques). La respiration cutanée peut être complétée par des branchies en touffes au niveau des hanches (coxae) et de l’anus.


 LES TRICHOPTÈRES

Les insectes appartenant à cet ordre subissent des métamorphoses complètes. Le cycle vital comprend le stade de l’œuf, les stades larvaires, un stade nymphal et le stade ailé ou imago.

Les larves les plus connues sont les traînes-bûches ou porte-bois. Elles vivent cachées dans un étui de soie sur lequel sont collés des petits cailloux ou des débris végétaux selon les espèces et les milieux qu’elles habitent.

L’ETAT ADULTE

 


Sericostoma adulte

 

Avec leurs ailes repliées en toit sur le dos, les insectes ailés ressemblent grossièrement à de petits papillons de nuit aux antennes filiformes. Mais à la différence des papillons dont les ailes sont couvertes d’écailles les trichoptères ont les ailes couvertes de poils d’où leur nom de trichoptères.

Je me bornerai ici à citer deux espèces qui furent particulièrement abondantes et ont donc été une source importante de nourriture pour les poissons :


 Nous contacter :


Comments are closed.