Genèse


 COMMENT ET POURQUOI EST NÉE L’ASSOCIATION ?

 

Un homme imprégné de Nature, Dominique Castillon, arpenta assidument les berges du Cousin-Trinquelin et ses affluents durant sa jeunesse dans les années 1960, avant même la construction du barrage de Saint Agnan (1969).

En 2010, ne pouvant plus supporter la vision d’une rivière livrée à elle-même, que les hommes ont peu à peu délaissée durant le dernier demi siècle, il décida de créer avec d’autres passionnés :

« l’Association de Défense du Trinquelin et des Rivières du Morvan. »IMGP2196

Identification R.N.A. : W892000658
No de parution : 20100023
Département (Région) : Yonne  (Bourgogne)
Lieu de parution : Déclaration à la sous-préfecture d’Avallon.

 

Le constat était sous nos yeux : le lit mineur et les berges du Cousin Trinquelin sont mal ou pas entretenus. Aujourd’hui, plusieurs facteurs font que la rivière s’est écartée d’un mode de fonctionnement naturel et du bon équilibre écologique. Une rivière où l’eau circulerait plus librement, charriant les alluvions au gré des crues et où les espèces aquacoles endémiques pourraient atteindre sans encombre leurs aires de reproduction et de vie.

Nous déplorons, entre autre :  Image7

– Une accumulation d’embâcles transversaux constitués de troncs d’arbres.
– De longues sections de rivière où la couverture végétale des branchages ne laisse plus du tout passer la lumière du soleil.
– La création du barrage de St. Agnan, qui, sans en contester l’utilité, contribue au déséquilibre de la rivière (réchauffement de l’eau, algues qui colmatent les frayères, modification du débit d’eau).
– La succession de seuils de moulin sans usage économique, pas ou mal gérés.
– L’abandon de divers matériaux d’origine anthropique.
– L’absence d’aménagements de certaines installations hydroélectriques.
– Les pollutions diffuses d’origine ménagère ou agricole.
– Le piétinement du lit mineur et des berges par les bovins et les déjections dans la rivière.
– Etc.

Du bon sens !

La rivière a été aménagée par l’homme depuis 400 ans et nous ne pourrons jamais retourner à un état complètement « sauvage » avec un fonctionnement totalement naturel. Néanmoins, nous pouvons tous être acteur d’un retour progressif vers un bon état écologique de la rivière, avec un cours d’eau et des affluents vivants, plus diversifiés et fonctionnels. Bref, une rivière que l’on considérerait comme un écosystème, source de biodiversité.

L’Association de Défense du Trinquelin appréhende la rivière et son environnement comme un milieu vivant unique, avant toute considération hydraulique. Notre point de vue est loin d’être un cas isolé, car le législateur en a pris acte :

– Le Cousin-Trinquelin  est classé cours d’eau en liste 1 et 2 , article L.214.17 du code de l’environnement, issu de la loi sur l’eau de 2006 (LEMA), depuis le 2 décembre 2012.
– Un programme LIFE Continuité Ecologique est en cours sur le Cousin-Trinquelin, coordonné par le Parc Naturel Régional du Morvan (PNRM).
– Le Cousin-Trinquelin possède plusieurs zones classées NATURA 2000.
– Le Cousin-Trinquelin s’inscrit dans l’objectif européen de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) qui fixe l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau en 2015.

Capture 4C’est fort de ces convictions, qu’une dizaine de bénévoles au départ, s’est fixé comme objectif de retourner entretenir le lit et les berges du Cousin-Trinquelin. Les propriétaires riverains, qui ont l’obligation règlementaire d’entretenir le cours d’eau sans nuire à son équilibre écologique, ne savent pas toujours comment intervenir.

C’est pourquoi, l’équipe de l’Association de Défense du Trinquelin effectue l’entretien des cours d’eau, en accord avec les propriétaires riverains, dans le respect du fonctionnement des écosystèmes aquatiques par des pratiques adaptées et avec les précautions qu’ils méritent.

B.la.F.


 Nous contacter :


Comments are closed.