Les Seuils – Association de Défense du Trinquelin et des rivières du Morvan
Les Seuils

L’EFFET SEUIL :

 

Image5 (2)Les seuils dans un cours d’eau sont des freins à la circulation des organismes vivants et cloisonnent la rivière en ayant un « effet/retenue » qui favorise l’apparition d’un milieu spécifique : la retenue d’eau calme.

La spécificité d’une retenue d’eau calme formée par la présence d’un seuil transversal dans la rivière s’observe à plusieurs niveaux.

 

 

 

  • Tout d’abord, les données physico-chimiques de l’eau changent car l’eau stagnante se réchauffe plus facilement qu’une eau courante, avec pour conséquence principale une diminution de la teneur en oxygène dissous.
    Plus l’eau est « chaude », moins elle peut dissoudre d’oxygène. Ce phénomène est d’autant plus accentué que la profondeur de la retenue est faible, ce qui est malheureusement le cas sur le Cousin -Trinquelin, où les retenues ont un taux élevé de comblement par les sédiments.
    LaImage4 (2) profondeur moyenne oscille entre 0.5 m. et 1 m.
    Les incidences sur le milieu aquatique s’opèrent à la fois sur les micro-organismes, avec une prolifération d’algues, conduisant à une eutrophisation du milieu plus ou moins marquée, mais aussi sur une sélection des espèces piscicoles et d’invertébrés, où l’on retrouve en majorité des cyprinidés et des carnassiers, s’accommodant d’un taux d’oxygène dissous plus faible.
    Les espèces piscicoles endémiques : Truites fario et les espèces d’accompagnement, vairon, chabot, lamproie de Planer, loche, moule perlière, mulette; ainsi que les invertébrés comme les Éphéméroptères, Perlidés, Tricoptères; sont absents de ces zones d’habitats.Le saumon atlantique (Salmo salar) a quant à lui totalement disparu des frayères historiques du bassin de la Cure dans les années 1920….

 

  • D’autre part, les retenues d’eau calme favorisent le dépôt sur le fond des sédiments fins, aussi appelés « fines », qui sont relargués à chaque ouverture de vanne à l’aval, colmatant les zones de frayères indispensables à la reproduction des truites.Image7 (2)
    Ces sédiments piègent et concentrent également les métaux lourds et pesticides. A cela, il faut également ajouter que le rayonnement solaire évapore une quantité d’eau plus importante sur une surface d’eau stagnante que sur une surface d’eau courante.Les retenues d’eau du Cousin-Trinquelin bénéficient globalement d’un ensoleillement journalier plus important que les secteurs courants (lit plus large et moins de ripisylve), ce qui n’arrange en rien le phénomène d’évaporation. Cf. photos aériennes.

Capture MS

  • Mais les seuils sont aussi des points de blocage du flux de sédiments, ce qui déséquilibre la dynamique du cours d’eau et entraîne une modification des écoulements et du régime hydraulique. Ce phénomène est nettement visible sur les moulins de la vallée du Cousin,où les retenues sont fortement comblées et le lit mineur s’incise (se creuse) en aval des seuils faute de rechargement suffisant en alluvions lors des crues.

 

Ces impacts sont d’autant plus importants que les seuils se cumulent sur un linéaire faible de la rivière. Au niveau d’Avallon, le Cousin-Trinquelin compte 14 ouvrages transversaux sur 2800 mètres, du moulin Cayenne au moulin Boivin, soit un seuil tous les 200 mètres.

B.la.F.


 Nous contacter :


Comments are closed.