L’eau énergie – Association de Défense du Trinquelin et des rivières du Morvan
L’eau énergie

L’usage de l’eau en tant qu’énergie renouvelable fait apparaître une contradiction entre les objectifs de développement des énergies renouvelables, qui implique une part de développement de la petite hydroélectricité et les objectifs de restauration de la continuité écologique ,qui répond à un contexte réglementaire Européen (DCE) et Français (LEMA 2006).

Ces deux objectifs faisant partie des lois « Grenelle ».L’Association de Défense du Trinquelin partage la position prise par le législateur à ce sujet dans sa Circulaire du 25 janvier 2010, Annexe I-5 : « d’une manière générale, le développement de l’hydroélectricité par équipement d’ouvrage existants doit être recherché de préférence en dehors de ces cours d’eau prioritaires ». A savoir, les cours d’eau classé en liste 1 et 2, comme l’est le Cousin-Trinquelin avec tous ses affluents.champ-eoliennes

Nous partageons d’autant plus cette position officielle de l’Etat, que le potentiel hydroélectrique « calculé » par certains représenterait 800 kW de puissance pour le Cousin-Trinquelin, alors qu’une seule des plus petite éoliennes installées par EDF en France a une puissance nominale de 1000 kW. Il s’agit également d’une énergie renouvelable.
De plus, les exploitations hydroélectrique présentes sur le Cousin-Trinquelin fonctionnent en contradiction avec les règlements d’eau originels : activité en continu sans jour chômé dans la semaine avec ouverture des vannes, pas d’ouverture des vannes lorsque la ligne d’eau est supérieure à la cote légale au moment des crues et inversement à l’étiage lorsque la ligne d’eau est sous la cote légale, à la limite du déversement sur le seuil.
Certains hydroélectriciens veulent promouvoir l’aménagement d’ouvrages existants mais non aménagés pour produire de l’hydroélectricité sur le Cousin-Trinquelin, bien que des espèces endémiques soient en danger alors qu’elles étaient présentes bien avant que l’homme ne tire profit des rivières.
100_5071Dans le cadre du contexte du Cousin/Trinquelin,cela revient à « sacrifier » la biodiversité d’un cours d’eau pour le profit personnel d’une poignée d’hydroélectriciens qui justifient leur action en arguant que l’hydroélectricité est une énergie renouvelable .

Pour l’Association de Défense du Trinquelin, le développement de la production hydroélectrique sur le Cousin/Trinquelin reviendrait à donner la priorité à l’intérêt particulier au mépris de l’intérêt général. Le faire serait absurde et irresponsable.

La production hydroélectrique serait éventuellement « tolérable » si les bénéfices tirés de la revente de l’électricité à EDF était reversés à la collectivité (déduction faite des coûts d’entretien des installations), mais il y aurait fort à parier que les prétendants ne se bousculeraient pas.

 

En tous cas, il est et restera du devoir des propriétaires d’ouvrages existants sur le Cousin:
– de respecter les lois et règlements en vigueur, ce qui n’est pas le cas de tous.
– d’assurer, par une manipulation raisonnée des vannes, le passage des poissons ,en particulier à l’époque de la reproduction, et de permettre au maximum la circulation des sédiments.

L’association de défense du Trinquelin est tout à fait prête à les conseiller sur ce point délicat, car les manœuvres nécessaires doivent être traitées au cas par cas, selon la configuration actuelle de chaque ouvrage, et selon le débit de la rivière.

B.la.F.


Nous contacter :


Comments are closed.