Entretien rivière

Entretien rivière

Depuis 5 ans maintenant, l’Association de Défense du Trinquelin et des rivières du Morvan, effectue bénévolement l’entretien du lit mineur et de la ripisylve de la rivière et des affluents. Bien entendu nous agissons en accord avec les propriétaires riverains.

Lorsque nous intervenons, nous travaillons « avec » la rivière et non pas « contre » elle. Nos actions sont réfléchies et mesurées.

Il serait redondant de vous détailler comment nous nettoyons la rivière, alors même qu’un syndicat de rivière a réalisé des plaquettes explicatives d’une très grande qualité sur :

« Les bonnes pratiques de gestion et d’entretien des rivières » et « Comment gérer et entretenir les rivières ? » que nous vous invitons vivement à consulter car c’est exactement ainsi que nous pratiquons.

 2–manuel-riverain-sornin_mauvaises-pratiques_sept-2013

3–manuel-riverain-sornin_bonne-pratiques-_sept-2013

Image5 DSC03565

De l’importance de protéger les frayères des ruisseaux :

Tous les ans à l’automne, les truites sexuellement matures entament une migration vers la tête de bassin des rivières pour y rejoindre les ruisseaux et rus affluents du cours principal.

Les raisons biologiques qui les poussent à rechercher ces ruisseaux, appelés aussi « chevelu », pour se reproduire sont les suivantes :

  • Pour un linéaire identique, un ruisseau possède une superficie de zones de frayères avec une granulométrie adéquate (gravier-galet diamètre 0.5 à 25 mm. en moyenne), nettement supérieur au lit mineur de la rivière.
  • Les vitesses d’écoulement de l’eau (20 à 60 cm/sec.) et la hauteur de la lame d’eau (5 à 30 cm.) sont souvent réunies pour un creusement efficace du « nid » par la femelle.
  • La circulation de l’eau dans le gravier propre et non colmaté par les limons, permet une oxygénation parfaite des œufs.
  • Les fonds des ruisseaux sont beaucoup plus stables face aux crues.
  • La prédation des œufs et alevins est faible par rapport à la rivière.

DSCN1231 DSCN1270 (1280x960)

On comprend aisément que les obstacles à la migration des truites vers les frayères des ruisseaux conditionnent fortement le rendement de la reproduction, donc du stock de juvéniles du cours d’eau.

Par conséquent, une attention particulière doit être apportée lors de l’entretien des ruisseaux qui doit ternir compte de l’équilibre fragile de ce milieu. En pratique, seul les embâcles transversaux qui posent des problèmes d’accessibilité aux frayères, sont à gérer.

B.la.F


 Nous contacter :


 

Comments are closed.